Tesla fait du surplace

12 avril 2018 upsa-agvs.ch – Au premier trimestre 2018, largement plus de voitures purement électriques ont été vendues en Suisse qu’il y a un an. Tesla, le pionnier, ne profite toutefois pas du boom. 

sco. 1305 véhicules purement électriques ont été immatriculés en Suisse de janvier à mars 2018, soit une hausse de 23,9 % par rapport à la même période en 2017. La part de marché des véhicules électriques s’élève désormais à 2,4 % en Suisse et le boom des propulsions alternatives ne fait que commencer. D’ici 2020, près de 100 modèles purement électriques devraient être lancés en Europe. Les constructeurs de voitures électriques sont aux anges ? Nullement ! C’est justement le pionnier Tesla qui est relégué avec une chute de 31 %. Le constructeur californien n’a vendu que 374 unités de janvier à mars en Suisse alors que ce chiffre était encore de 542 l’an passé.

Si si, elles existent : des Tesla 3 fraîchement sorties de l’usine attendent d’être livrées.

Pertes également en Allemagne
La Suisse n’est pas un cas isolé. Tesla a aussi surpris en Allemagne avec un recul de plus de 30 % de ses ventes. Les chiffres sont également modestes aux États-Unis. Bien qu’environ 400 000 commandes aient été enregistrées pour le Model 3 au quatrième trimestre 2017, l’entreprise accuse d’importants problèmes de production. Les experts considèrent que le Model 3 est un produit clé pour la productivité à long terme de Tesla. La berline est bien moins onéreuse que le Model S et que le SUV Model X. Grâce à elle, Elon Musk, le fondateur et patron, souhaite partir à la conquête du marché de masse.

Il est possible que les constructeurs traditionnels le prennent de vitesse. De janvier à mars, BMW a vendu 362 unités de son i3 purement électrique, Renault a vendu 192 Zoe et Nissan a lancé les premières nouvelles Leaf en Suisse en mars. À 300 000 unités vendues dans le monde, la petite Japonaise est la voiture électrique la plus vendue de la planète.

L’action en chute libre
Lors de la présentation de la Tesla 3 en juillet 2017, E. Musk avait promis qu’il fabriquerait 500 000 unités d’ici la fin de l’année. Il a dû réduire sa prédiction de 100 000 unités. Mais la réalité est tout autre : Tesla fabrique actuellement 2000 exemplaires par semaine alors qu’il en faudrait 5000 d’après Colin Langan, analyste chez UBS, faute de quoi Tesla continuera de brûler sa trésorerie.

Les marchés financiers perdent confiance en Tesla. Les constructeurs automobiles ont besoin de beaucoup de capitaux pour produire en grandes séries. C’est pourquoi M. Musk est dépendant des marchés de capitaux. Or, l’action a perdu près d’un quart de sa valeur depuis son pic de septembre 2017 et les prêts consentis il y a un an affichent une cotation largement inférieure à leur valeur nominale. Tesla enregistre une perte pour chaque voiture produite et devra bientôt obtenir à nouveau de l’argent frais sur les marchés de capitaux. Personne ne sait à quelles conditions Elon Musk devra se plier, d’autant plus que l’agence de notation Moody‘s estime que les emprunts Tesla sont des titres pourris.

Le charismatique pionnier des voitures électrique a toutefois promis à nouveau qu’il produirait jusqu’à 5000 Model 3 par semaine d’ici la fin du prochain trimestre. Il ne lui reste que peu de temps pour conquérir le marché de masse. 
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie