La peinture, c’est bien plus qu’une protection contre la rouille

Peinture, haute tension, assistance

La peinture, c’est bien plus qu’une protection contre la rouille

16 mai 2024 agvs-upsa.ch – Les garagistes ne sont pas les seuls à devoir respecter certaines règles lorsqu’ils travaillent avec des véhicules électrifiés : les carrossiers aussi. Deux experts du fournisseur et producteur de peinture PPG révèlent ce qui est possible et ce à quoi il faut faire attention en matière de haute tension et de systèmes d’assistance à la conduite. Jürg A. Stettler


Les systèmes d’assistance à la conduite et leurs capteurs influencent également le processus de peinture et, aujourd’hui, en partie le choix de la peinture. Photo : Shutterstock

Les modes de propulsion ne sont pas les seuls à évoluer rapidement, la peinture évolue elle aussi à un rythme effréné. Depuis longtemps, elle est bien plus qu’une simple protection contre la rouille. Les défis en matière de réparation augmentent, ce qui offre aux entreprises professionnelles la possibilité de se démarquer de la concurrence grâce à leurs compétences. Les voitures actuelles sont bourrées de systèmes d’assistance qui communiquent non seulement avec leur propre électronique de bord, mais aussi avec les autres véhicules et l’environnement. «Des signaux sont émis et captés en permanence», explique Sven Neumann, chef de produit DACH de PPG Allemagne. «Le fonctionnement de tous ces assistants, du régulateur de vitesse adaptatif à l’assistant de stationnement en passant par l’avertisseur de changement de voie, peut, mais ne doit pas être influencé par la peinture !» L’expert PPG, dont les peintures sont importées en Suisse par Belfa AG à Glattbrugg ZH, respectivement par la filiale du groupe PPG Switzerland GmbH à Volketswil ZH (responsable de la distribution de Nexa Autocolor ainsi que de Max Meyer), est clair : «Aujourd’hui, les peintures sont également importantes pour la sécurité !»

Éviter les erreurs d’interprétation dues aux paillettes d’aluminium
Les travaux sur les capteurs radar constituent également un bon exemple. «Il est essentiel de respecter les instructions du fabricant, qu’il s’agisse de l’épaisseur des couches ou des endroits où l’on peut ou non appliquer unenduit», explique S. Neumann. En effet, les ondes électromagnétiques doivent traverser le composant et le revêtement complet, puis rencontrer quelque part un autre véhicule ou un obstacle et doivent ensuite traverser à nouveau la structure complète de la peinture pour revenir au capteur. Il suffit d’une perte de transmission du signal radar dans la couche de peinture de base pour avoir des conséquences considérables : comme l’intensité totale du signal n’atteint plus le capteur et que celui-ci agit sur la base du signal, des erreurs d’interprétation se produisent.

«L’une des raisons des pertes de transmission sont de simples paillettes d’aluminium utilisées pour les peintures métallisées, et actuellement, près d’un tiers des voitures nouvellement immatriculées sont de couleur argent/ gris métallisé. C’est pourquoi, chez PPG, nous avons mis au point des teintes spécialement adaptées aux radars», ajoute-t-il. Dans leur formule, les pigments d’aluminium ont été clairement réduits et même en partie remplacés par des pigments perlés, de sorte que même après une réparation, un signal radar sans interférence est garanti. Aujourd’hui, la gamme PPG compte plus de 230 teintes formulées de cette manière, et la tendance est à la hausse. Outre la nature de la peinture de base, la couche de vernis peut également avoir une influence sur le fonctionnement des capteurs. Si elle possède des propriétés hydrophobes (elle n’a donc pas littéralement peur des araignées, mais de l’eau) elle empêche l'accumulation d'eau et donc de saleté. «Tout cela contribue à ce que les signaux arrivent correctement. Un point auquel nous veillons chez PPG tout comme, nous l'espérons, les experts des ateliers de carrosserie.»


Trop de fausses couches d'aluminium dans une couche de peinture de base peuvent perturber le signal, en particulier pour les peintures métalliques. Photo : PPG

Doublement des nuances
Son collègue Thomas Leuchten, Business Development CAR EMEA Automotive Refinish chez PPG Allemagne, ajoute : «Aujourd’hui, la peinture n’est pas seulement importante pour la sécurité à l’extérieur, elle joue un rôle de plus en plus important dans les composants de la batterie, surtout sur les véhicules électriques». L’expert de PPG parle alors de peintures ignifuges qui aident à réduire le développement de chaleur à l’intérieur d’une batterie de traction ou qui, en cas d’incendie, peuvent peut-être empêcher, ou du moins retarder, la propagation à d’autres cellules par expansion. Il faudra peut-être encore attendre un certain temps avant que ces concepts de revêtement n’arrivent chez le carrossier. Mais les voitures électriques et les hybrides font depuis longtemps partie du quotidien des carrossiers. Nous ne voulons pas seulement fournir de la peinture à la chaîne de production, mais aussi savoir comment et quelle technologie de peinture est utilisée sur le marché des pièces détachées». Enfin, tout cela a des répercussions sur les formules et les travaux de réparation pour les ateliers. «Pour nous, au laboratoire, les nouveaux modèles chinois signifient un doublement des nouvelles teintes», calcule T. Leuchten.

Les voitures électriques n’aiment pas la chaleur
Les défis liés aux travaux sur des véhicules électriques ne se limitent pas àa sécurité du travail avec la haute tension. Ils commencent par des choses aussi simples que la logistique, explique-t-il. «Les véhicules électriques, mis hors tension pour des raisons de sécurité, ne roulent plus. Ils doivent être poussés dans la cabine. Une VW Golf VII pèse environ 1200 kilos, une VW ID.4 pèse déjà plus de 2,1 tonnes !» La chaleur constitue également un point important pour tous les véhicules électriques. Celle-ci est produite lors du processus de séchage ou même lors de l’utilisa-tion du radiateur infrarouge. «Afin d’éviter d’endommager la batterie de traction, la température dans la cabine ne doit pas dépasser 60°C selon le fabricant. Il est donc essentiel de respecter systématiquement les consignes du fabricant lors de la réparation», fait remarquer T. Leuchten.

L’expert PPG recommande donc de travailler avec des vernis à faible séchage ou de passer au séchage à l’air. En outre, le thème de la formation gagne en importance lors des travaux sur les véhicules électriques. C'est ce que propose en Suisse le nouveau réseau de carrossiers PPG Certified First Switzerland, afin que les carrossiers de notre pays soient parfaitement équipés pour effectuer des réparations plus exigeantes et plus complexes sur les voitures électriques. En outre, selon l’assurance Axa, les conducteurs et conductrices de voitures électriques provoquent 50% de collisions de plus que ceux de voitures à combustion traditionnelles, ce qui signifie que les carrossiers en reçoivent davantage.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

12 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires