Rétroéquipement réussi de moteurs diesel VW

20 mai 2020 upsa-agvs.ch – Grâce à des mesures de gaz d’échappement effectuées en bord de route, une équipe de l’université d’York et de l’Empa a pu prouver que le rétroéquipement obligatoire de milliers de moteurs diesel VW réduit considérablement les volumes d’oxyde d’azote (NOx) rejetés dans l’environnement dans toute l’Europe.

diesel-artikel_3.jpg
L'un des moteurs EA 189 sera équipé d'une mise à niveau matérielle. Source: VW

pd. Dans le cadre du scandale du diesel qui a frappé près de 11 millions de véhicules provenant du groupe VW dans le monde entier, il avait fallu rétroéquiper les moteurs EA189 à l’aide de mises à jour logicielles ou matérielles dans de nombreux pays. Aujourd’hui, cinq ans après les faits, une étude conduite par l’université d’York et par le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) montre que le rétroéquipement a été un succès sur le plan écologique. Au quotidien, les moteurs diesel VW rétroéquipés émettent jusqu’à trois fois moins d’oxyde d’azote toxique qu’avant l’opération. Stuart Grange travaille à la fois au laboratoire d’étude de la pollution de l’air et des technologies de l’environnement de l’Empa et aux Wolfson Atmospheric Chemistry Laboratories de l’université d’York. Avec ses collègues, il a étudié en Angleterre les panaches d’échappement de quelque 23 000 voitures en mouvement et analysé leur teneur en NOx et en CO2. Les mesures ont été réalisées entre mai 2012 et avril 2018, soit avant et après le scandale des gaz d’échappement.
 
Les résultats des mesures font état d’un effet incontestable: les émissions de NOx des moteurs de 1,6 litre de la série EA189 ont baissé de plus de 36 %. VW avait proposé un rétroéquipement logiciel et matériel pour ce moteur. En plus de la mise à jour logicielle, un petit composant complémentaire a été monté dans la conduite d’aspiration du moteur pour que le capteur de débit de l’air puisse fonctionner plus précisément. Seul le logiciel a fait l’objet d’une amélioration ultérieure sur le moteur de 2 litres plus puissant. Les émissions de NOx mesurées ont diminué ici d’environ 22 % en moyenne. Les améliorations sur chaque véhicule individuel étaient encore plus impressionnantes. En Grande-Bretagne, les voitures étaient rétroéquipées sur la base du volontariat, si bien qu’à peine 70 % des propriétaires y ont eu recours. Un certain nombre de véhicules diesel non rétroéquipés passent donc devant les appareils de mesure, réduisant ainsi la moyenne.
 
diesel-artikel_2.jpg
La VW Passat TDI était l'un des modèles livrés avec le moteur EA 189. Source: VW

Les résultats ont été moins probants sur les véhicules utilitaires dotés du moteur EA189, c’est-à-dire sur les VW Caddy et les VW Transporter. Sur le diesel de 1,6 litre, l’amélioration des valeurs de NOx n’atteignait que 22 % (par rapport aux 36 % des voitures de tourisme). Sur le diesel de 2 litres, les résultats étaient même plus mauvais que précédemment (- 53 %). Les chercheurs estiment que les exploitants de véhicules utilitaires ont été bien moins nombreux à adopter le rétroéquipement volontaire, si bien qu’une part plus élevée de véhicules munis de l’ancien logiciel sont passés devant les stations de mesure.
 
En Suisse, la conversion des moteurs EA189 était obligatoire. D’après des renseignements fournis par Dino Graf, le porte-parole d’Amag, tous les véhicules, tant les utilitaires que les voitures de tourisme, ont désormais été convertis. Les plafonds de NOx sont toutefois encore dépassés dans de nombreuses villes européennes. En fonction du pays, la part de véhicules diesel VW rétroéquipés oscille entre 30 et 90 %. Comme les véhicules du groupe VW sont très répandus, un rétroéquipement obligatoire comme en Suisse pourrait certainement s’accompagner de nouvelles améliorations. Le législateur a par ailleurs durci un autre aspect de la réglementation. Les véhicules actuels doivent en effet réussir l’essai de gaz d’échappement WLTP. Les gaz d’échappement sont mesurés à 23 °C et à 14 °C en laboratoire alors que des températures extérieures pouvant descendre jusqu’à -7 °C sont permises lors de trajets au cours desquels des mesures sont effectuées sur la route. Une voiture qui rejette largement plus de NOx en hiver ne pourrait donc plus être homologuée dans l’Union européenne à l’heure actuelle.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires