Trajets plus longs, moteurs plus propres que les seuils imposés

12 avril 2019 agvs-upsa.ch – De l’« étoile brillante » au « vilain petit canard » : les vendeurs de véhicules diesel traversent une période difficile, notamment pour les occasions. De nombreux clients sont dans l’incertitude. AUTOINSIDE fournit des arguments de vente pour les véhicules à moteur diesel.

abi. Selon l’Office fédéral de la statistique (Ofs), 1,4 million de véhicules de tourisme à moteur diesel circulaient en Suisse en 2018, soit près d’un tiers des 4,6 millions de voitures au total. Récemment encore, le moteur diesel était considéré par le grand public comme « la star » de l’automobile. Mais le scandale sur les émissions manipulées et les interdictions de circuler dans plusieurs villes allemandes ont donné un coup d’arrêt à cet engouement, et le diesel est devenu « le vilain petit canard ». La part de marché des nouvelles immatriculations de véhicules diesel en Suisse et au Liechtenstein est passée de près de 39 % à tout juste 30 % fin 2018. Les ventes semblent à présent se stabiliser. 
Reste que les doutes et les craintes des clients rendent difficile la vente de véhicules neufs et d’occasion. Pourtant, de nombreux arguments jouent en faveur du moteur diesel :

1. Une plus grande efficacité
Les moteurs diesel sont plus efficaces que les moteurs à essence : d’une part, le carbone présent dans le gazole est mieux utilisé puisque 42 % de l’énergie du carburant sont transformés en mouvement, alors que ce taux est de 37 % pour l’essence. D’autre part, le moteur diesel consomme moins et rejette donc moins de CO2.

2. Des trajets plus longs
Pour un même modèle de véhicule, le moteur diesel effectue de plus longues distances par rapport au moteur à essence, pour un réservoir de taille identique. Pour 100 kilomètres, le diesel consomme près de 20 % de moins que l’essence.

3. Idéal pour ceux qui roulent beaucoup
Certes, les véhicules diesel étaient jusqu’à présent plus onéreux à l’achat que les modèles à essence, et le litre de gazole coûte plus cher, en tout cas en Suisse. Mais comme il est moins gourmand, le moteur diesel convient parfaitement aux conducteurs qui cumulent les kilomètres, notamment sur autoroute. Au-delà de 10 000 kilomètres par an, on a tout intérêt à se tourner vers le diesel.

4. Plus propres que les seuils imposés
Les véhicules répondant à la nouvelle norme Euro 6d-TEMP ne rejettent presque plus d’oxydes d’azote (NOX), sur banc d’essai comme sur route. C’est ce que révèle le dernier écotest d’ADAC. Le club automobile allemand a équipé plusieurs modèles d’un appareil de mesure mobile PEMS et effectué les tests en conditions réelles (RDE). Conclusion : ces véhicules diesel sont bien en dessous de la valeur limite en laboratoire, de 80 mg NOX par km selon la norme Euro 6 actuellement en vigueur. La plupart des modèles ne dépassent pas le seuil de 50 mg. 

5. Pas d’interdiction en vue pour la Suisse
Tandis que certaines villes allemandes interdisent la circulation des véhicules anciens, diesel comme essence, les automobilistes de Suisse n’ont rien à craindre. Une bonne nouvelle entre autres pour les vendeurs de véhicules d’occasion. En outre, la norme Euro 6 a remplacé les standards de l’Euro 5 pour les véhicules neufs en septembre 2014. Ainsi, les occasions récentes ne sont pas menacées par les restrictions des centres-villes allemands

 

Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires