Les équipementiers devraient accepter des changements structurels

21 juillet 2020 upsa-agvs.ch – Les cent premiers équipementiers automobiles mondiaux ont enregistré un chiffre d’affaires record en 2019. Comme le montre une étude, d’immenses défis attendent le secteur à l’avenir du fait de la mutation technologique et de la pandémie de Covid-19. Ses résultats sont également intéressants pour les garagistes.

20200721_zulieferer_text.jpg
Source: Istock

cst./pd. Les cent premiers équipementiers automobiles mondiaux* ont réalisé un chiffre d’affaires de 918 milliards d’euros en 2019. Ce chiffre est un nouveau record comme l’a constaté le cabinet de conseil Berylls Strategy Advisors, spécialiste de l’industrie automobile, dans le cadre de son «Étude des cent premiers équipementiers». Bosch, Continental et Denso mènent le top 10 et devancent Magna, ZF Friedrichshafen et Aisin. Hyundai Mobis, Bridgestone, Michelin et Valeo complètent le classement des dix premiers équipementiers par le chiffre d’affaires.

L’étude conclut que le secteur pourrait connaître quelques surprises en 2020. La transformation portant sur l’approche CASE (Connected, Autonomous, Shared, Electric) s’est en effet fortement accélérée l’année dernière. «Il semblerait que les dirigeants de nombreux équipementiers aient accepté le point de transition tant vanté qui nous fera passer de l’ancien univers automobile au nouveau», constate Berylls Strategy Advisors. Des investissements dans les technologies de demain ainsi que des scissions ou des cessions de parties d’entreprises font partie de cette transition. À eux seuls, les cinq premiers équipementiers automobiles allemands Bosch, Continental, ZF Friedrichshafen, Mahle et Schaeffler ont racheté plus de 40 start-up et entreprises technologiques ou leur ont octroyé du capital risque ces trois dernières années.

Les investissements en hausse consentis pour CASE et la conjoncture en berne réduisent les marges. Alors que le chiffre d’affaires général des cent premiers équipementiers mondiaux a progressé de 4,3 % par rapport à l’année précédente, la marge moyenne est tombée à 6 %, contre 7,5 % en 2018. La scission de la division Entraînements de Continental sous le nom de Vitesco, la réorganisation des activités automobiles de Thyssen Krupp ou le rachat prévu de Delphi Technologies par Borg Warner ne sont que quelques exemples qui montrent que le secteur des équipementiers est secoué par des changements structurels. Ces derniers ne sont d’ailleurs qu’un avant-goût de l’évolution à venir.

Dans la catégorie des nouveaux investissements, l’étude des cent premiers équipementiers estime que les constructeurs automobiles et les équipementiers ne pourront atteindre leur objectif dans les technologies CASE qu’en coopérant. Des difficultés politiques et sociales persistantes empêcheront toutefois une mutation rapide et ralentiront la monétarisation. «Les constructeurs doivent s’assurer que leurs chaînes logistiques extrêmement complexes resteront stables et que les équipementiers pourront poursuivre leur transformation de manière ordonnée», déclare Jan Dannenberg, associé au sein du cabinet de conseil Berylls Strategy Advisors. Il faudra toutefois faire preuve de persévérance. L’habileté stratégique de tous les acteurs (équipementiers, constructeurs, sociétés de private equity et milieux politiques) à transformer l’industrie automobile déterminera si les objectifs seront atteints.

L’évolution future de l’industrie automobile dans le domaine des volumes, des catégories et des segments de véhicule et de leurs modes de propulsion reste frappée d’incertitude. «Chaque équipementier devra donc être prêt à subir d’importants changements structurels», poursuit l’étude en guise de bilan. La sécurité des processus, l’expertise des restructurations, le savoir-faire de la mobilité et la compréhension des parties prenantes constituent autant de facteurs de réussite qui contribueront à une restructuration intelligente en 2020/2021. Michael Beckmann, associé principal chez Berylls Strategy Advisors: «Si les tâches à venir sont abordées de manière globale et intelligente, les équipementiers pourront relever les défis et sortir renforcés de la crise.»

* La liste des cent premiers équipementiers automobiles mondiaux recense les entreprises qui ont réalisé un chiffre d’affaires d’au moins 2,7 milliards d’euros l’année dernière.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Commentaires