« Les garages sont l’épine dorsale du transport individuel »

Entretien avec le CEO de l’ESA

« Les garages sont l’épine dorsale du transport individuel »

15 mai 2024 agvs-upsa.ch – Depuis 2017, Giorgio Feitknecht est le CEO de l’ESA. À l’approche de l’Assemblée générale de l’ESA en ce 15 mai, cet économiste d’entreprise diplômé et chef de logistique diplômé jette un regard rétrospectif et prospectif dans une interview – et révèle pourquoi le contact intensif avec la base est une nécessité. Timothy Pfannkuchen


Le magasin de vente au siège de l’ESA à Burgdorf BE. Photo : ESA

Giorgio Feitknecht, vous êtes chez ESA depuis 2011, d’abord comme responsable des canaux de distribution et depuis plus de sept ans comme CEO. Rétrospectivement, qu’est-ce qui a particulièrement changé dans la branche automobile ?
Giorgio Feitknecht : Au cours de ces plus de dix années, le thème de l’environnement a été fortement mis en avant, tant sur le plan social que politique, avec des répercussions fondamentales sur la branche automobile. C’est, à mon avis, le changement le plus important. Pour moi, le fait que les premières Tesla Model S aient été importées en 2013 est représentatif de cette situation – et aujourd’hui déjà, pratiquement tous les constructeurs proposent également des véhicules électriques et hybrides. Sur environ 4,7 millions de voitures de tourisme immatriculées, 3,3 % sont déjà des véhicules purement électriques ; en 2023, la part des ventes de voitures neuves était de 21 %. Avec cette évolution, des thèmes importants tels que la politique énergétique et les investissements dans les infrastructures sont apparus de manière accrue et ont des conséquences directes pour le métier de garagiste. Elles nécessitent un savoir-faire plus large, tant à l’atelier que dans la vente, ce qui ne facilite pas les choses en ces temps de pénurie de travail et de main-d’œuvre qualifiée. La manière dont le thème de la Comauto a été promu au niveau politique a été très positive. La transformation de l’actuelle Comauto de la COMCO en une ordonnance contraignante au 1er janvier 2024 a été une étape importante pour la branche automobile. En résumé, ces années ont été très mouvementées et intéressantes, elles ont posé de grands défis à l’ensemble de la branche et continueront de nous marquer à l’avenir.






Giorgio Feitknecht est entré à l’ESA en 2011 et en est le CEO depuis 2017. Photo : ESA








Comment jugez-vous les thèmes des ventes de voitures neuves et des modèles d’agence ?
Les ventes de voitures neuves pendant les années de coronavirus ont constitué un changement majeur. Les chiffres se sont un peu redressés en 2023, mais ne sont toujours pas au niveau d’avant la crise sanitaire. Une reprise complète n’aura probablement pas encore lieu en 2024. Et les nouveaux modèles de distribution sont un sujet qui revient régulièrement sur le tapis. Il semble qu’il y ait encore beaucoup de questions en suspens.

Quelles sont, selon vous, les plus grandes opportunités et les plus grands défis actuels pour les garages suisses ?
Les garages et les carrosseries sont la colonne vertébrale du trafic individuel motorisé en Suisse ! Sans eux, il n’y a pas de mobilité individuelle. Compte tenu du fait que le parc automobile suisse va encore augmenter, cela signifie que le métier de garagiste est et restera nécessaire et indispensable. Les exploitants qui disposent de collaborateurs qualifiés, qui sont ouverts à la technologie, qui actualisent ou développent en permanence leur savoir-faire et qui entretiennent de bonnes relations durables avec leurs clients, continueront d’avoir une bonne exploitation de leurs capacités à l’avenir. Les défis à relever sont donc clairs : la formation et le recrutement de main-d’œuvre et de spécialistes, l’acquisition d’un savoir-faire spécifique par la formation continue, de bonnes relations avec les clients et une collaboration équitable et partenariale avec les constructeurs automobiles.

L’ESA elle-même a énormément investi dans la numérisation. Êtes-vous satisfait des résultats ?
La numérisation est absolument cruciale pour une entreprise de commerce de gros comme l’ESA. C’est pour cette raison que nous avons beaucoup investi par le passé et que nous continuerons à le faire à l’avenir. Dans l’interface avec nos clientes et clients, nous avons constamment développé l’ESA-eShop sur le plan technique et des fonctionnalités. Celui-ci fonctionne de manière stable depuis des années, il est apprécié par les clientes et les clients et est très utilisé : 80 % des commandes de biens de consommation passent par l’e-shop. En interne également, par exemple pour la gestion des processus logistiques, nous sommes tributaires d’une infrastructure informatique qui fonctionne bien. Nous investissons également en permanence dans ce domaine afin de gagner encore en efficacité et de disposer de systèmes modernes, stables et sûrs.

L’ESA a enregistré un chiffre d’affaires record en 2022. Comment était 2023 et comment se présente l’avenir du marché de l’après-vente ?
Lors de la prochaine assemblée générale de l’ESA, nous aurons le plaisir de présenter un résultat positif pour 2023, légèrement inférieur en termes de chiffre d’affaires à l’année record 2022. Nous le devons tout particulièrement au grand attachement de nos clients et à l’engagement de nos collaborateurs. En ce qui concerne votre question sur l’avenir du marché de l’après-vente, le parc automobile suisse en pleine croissance doit être entretenu, comme nous l’avons déjà mentionné. Ainsi, les garagistes et les carrossiers continuent de jouer un rôle important dans les travaux de réparation et d’entretien, ce qui a également des répercussions positives sur le marché de l’après-vente.

L’ESA propose des concepts d’atelier comme « Le Garage ». Est-ce un marché en croissance et pourquoi ?
L’ESA dispose de trois concepts de garages propres : Le Garage, Sympacar et Checkbox. Pour tous les trois, le nombre de partenaires conceptuels n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années. Pour les garagistes, les concepts de garages sont un très bon instrument pour faire connaître de manière ciblée leurs compétences multimarques à l’extérieur. Cela permet d’augmenter l’utilisation de l’atelier et d’élargir le portefeuille de clients, ce qui profite également aux ventes. Nous nous attendons donc à ce que cette évolution positive se poursuive.

Les nouvelles technologies et les nouveaux constructeurs ­automobiles transforment votre secteur. Y a-t-il de nouvelles priorités dans l’élargissement de l’assortiment, par exemple en raison de l’e-mobilité ou des marques de voitures chinoises ?
L’élargissement de l’assortiment est un processus continu, absolument nécessaire pour répondre aux besoins croissants des clients. La diversité des véhicules, des modèles et des technologies ne cesse de croître. Nous devons pouvoir continuer à fournir des véhicules plus anciens tout en ajoutant de nouveaux articles au catalogue.

À propos de changement : l’ESA, fondée en 1930 par 24 garagistes, est une coopérative. Cette forme juridique traditionnelle et très suisse est-elle encore adaptée à notre époque où tout va très vite ?
Rapidité et coopérative : ce n’est absolument pas un problème pour l’ESA. Je n’ai jamais vu que la forme juridique de la coopérative ait été un obstacle réel. La réglementation claire des responsabilités et des compétences ainsi que la grande flexibilité des autorités de l’ESA nous ont toujours permis jusqu’à présent de réaliser les affaires à la vitesse que nous avions prévue. Je suis convaincu que la coopérative a toujours été et sera à l’avenir une forme juridique très appropriée et bonne pour l’ESA. Elle permet aux quelque 7000 copropriétaires de regrouper leurs intérêts individuels, de participer démocratiquement aux décisions et de conserver leur liberté d’entreprendre.

Comment maintenir le contact avec la « base » lorsqu’on est PDG et que l’on compte 7000 copropriétaires ?
Je considère que le contact avec les copropriétaires et les clients de l’ESA est très important, car il me permet d’apprendre et d’être au courant de beaucoup de choses. J’entretiens en principe ce contact par deux voies : d’une part, je visite personnellement chaque année un grand nombre d’exploitants de toutes tailles et de tous types dans toute la Suisse. D’autre part, j’essaie d’être présent lors des événements de la branche, où je rencontre toujours des entrepreneurs intéressants du secteur des garages et des carrosseries. Et puis il y a bien sûr les événements de l’ESA, comme la prochaine assemblée générale, qui sont très bons pour le réseautage. Le contact permanent et intensif, très important, est également entretenu par de nombreux autres collaborateurs de l’ESA, par exemple par les directeurs régionaux et les directeurs.

Avant l’AG, pouvez-vous nous dévoiler quelques nouveautés de l’ESA pour l’année en cours ou l’année prochaine ?
La plus grande nouveauté de 2024 sera l’ouverture de l’hôtel à pneus, à Saint-Gall. La construction avance bien et nous commencerons en octobre à stocker les pneus des clients qui nous confient leurs garages. L’hôtel à pneus, situé sur une réserve de terrain à bâtir juste à côté du nouveau bureau, aura une capacité d’environ 40000 pneus. Et l’ESA va certainement mettre en service d’autres centres de ce type.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie

Ajouter un commentaire

2 + 12 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Commentaires