«Une activité passionnante au sein d’une association bien organisée et d’une branche dynamique»

8 septembre 2020 agvs-upsa.ch – Urs Wernli dirige l’UPSA en qualité de président central depuis 2003. Il souhaite quitter ses fonctions à l’occasion de la prochaine assemblée des délégués.


Source: AGVS-Medien

sco. En 2003, la navette spatiale Columbia se désintègre dans l’atmosphère terrestre, Lancia présente l’Ypsilon, sa petite voiture, à Genève, le Nokia 3100 est le produit dernier cri dans le domaine de la téléphonie mobile et les délégués de l’UPSA élisent Urs Wernli président central. «Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis», affirme Urs Wernli avec le sourire. Le temps est désormais venu pour lui de raccrocher les gants pour passer à une nouvelle étape de sa vie.

Monsieur Wernli, quand avez-vous décidé de quitter l’UPSA?
Urs Wernli:
C’est à l’automne 2019 que j’ai décidé de céder mon mandat à l’été 2021. J’en ai ensuite informé le comité central et nos collaborateurs à Mobilcity en janvier 2020. 

Pourquoi avoir attendu jusqu’à maintenant pour en informer le grand public?
Avec le comité central, nous avons décidé d’engager d’abord les préparatifs de ma succession avec tout le soin requis. Entre-temps, nous avons rédigé un dossier contenant le profil des exigences pesant sur mon successeur ainsi qu’une description de poste. La commission de nomination a elle aussi entamé ses travaux. C’est désormais le bon moment pour diffuser ces informations auprès d’un public plus large. 

Que doit apporter à l’UPSA un successeur potentiel?
Il ou elle doit être capable de démarrer avec passion et de s’engager de manière prioritaire en faveur de notre branche. C'est l’association, et non la personne, qui doit occuper le devant de la scène. L’expérience des entreprises et de la politique est un critère important. Dans l’idéal, la personne devrait bien sûr connaître l’automobile. Il ou elle doit être travailleur, éloquent, polyglotte et doit posséder un bon réseau politique.

Vous avez parlé de la commission de nomination. Qui y est représenté?
Les présidents de section Georges Bovet, René Degen, Christian Müller, Ivo Musch et Andri Zisler ainsi que les vice-présidents Pierre Daniel Senn et Manfred Wellauer qui ne jouissent toutefois pas du droit de vote. Le comité central a élu la commission de nomination. Nous avons désormais lancé un appel à candidatures pour la présidence. La commission fera son choix et la conférence des présidents soumettra des propositions. L’élection aura lieu en juin 2021 pendant l’assemblée des délégués.

Pourquoi cette composition?
Nous voulions réunir toutes les régions linguistiques, mais aussi diverses grandes sections au sein de ce comité et veiller à ce que toutes les préoccupations soient prises en compte.

Pourquoi n’êtes-vous pas représenté?
Je ne le voulais pas. Je me suis concentré sur les travaux préparatoires, c’est-à-dire le cahier des charges et la description du poste que j’ai évoqués précédemment. Tout le reste incombe maintenant à des individus au sein de l’UPSA qui collaboreront également avec le nouveau président ou avec la nouvelle présidente.

Quels sont les principaux défis qui attendent votre successeur?
C’est la mutation qui frappe toute la branche, celle qui transforme le garagiste en prestataire de mobilité. Le nouveau président central de l’UPSA devra positionner les garagistes suisses de manière performante et crédible. Il ou elle devra entretenir et étoffer les partenariats qui nous lient à nos associations partenaires existantes, entretenir des relations constructives avec les importateurs et s’engager de manière compétente dans les domaines de la politique de la branche, de la politique des transports et de la politique environnementale.

En tant que président, vous n’avez eu de cesse de souligner l’importance de la représentation de la branche et de la formation.
Le développement d’offres et de prestations dans ces domaines restera également la mission centrale de l’UPSA à l’avenir. Nous devrons coopérer encore plus avec des associations et avec des organismes qui défendent les mêmes intérêts que nous. Il s’agit de regrouper des forces qui nous permettront d’influencer les conditions-cadres politiques et sociales en faveur des membres de l’UPSA. Je peux vous dire que mon successeur peut s’attendre à une activité passionnante au sein d’une association bien organisée et d’une branche dynamique. En tant que président central de l’UPSA, il est possible de faire bouger les lignes.
Feld für switchen des Galerietyps
Bildergalerie